Pour l'amour
de la langue française

Quand / quant

| 29 mai 2019 | par Jean-Christophe PELLAT

Orthographe et prononciation 

Mieux vaut se méfier des cancans et réfléchir au qu’en dira-t-on. « Quand » et « quant » sont homophones, mais leur orthographe, fidèle à leur étymologie, aide à les distinguer, bien qu’en liaison avec une voyelle, leur consonne finale se prononce « t ». 
« Quand », écrit « quant » à l’origine, vient du latin 
« quando » (fin Xe s.). Adverbe ou conjonction de temps, il est très fréquent, pour poser une question ou introduire une subordonnée circonstancielle : « Dis, quand reviendras-tu ? (Barbara) – « Quand on court après l’esprit, on attrape la sottise. » (Montesquieu)
« Quant » vient du latin « quantum », qui signifie « combien » (XIIIe s.). Il est toujours associé à la préposition « à », pour signifier « pour ce qui est de, en ce qui concerne ». Placé en tête de phrase, il indique un changement de thème dans un texte : « Quant à Mme Verdurin, elle voulait à chaque fois me faire faire la connaissance d’Andrée » (M. Proust). L’expression « quant-à-soi » (1780) désigne l’attitude réservée de quelqu’un qui garde pour soi ses sentiments, notamment dans les locutions « se tenir, rester sur son quant à soi » qui expriment cette réserve.
Ces deux mots grammaticaux ont d’autres homophones, comme « camp » et « Caen », dont s’est amusé Raymond Devos dans « À Caen les vacances ».
« Je demande à l'employé :
- Pour Caen, quelle heure ? / - Pour où ? / - Pour Caen !
- Comment voulez-vous que je vous dise quand, si je ne sais pas où ?
- Comment ? Vous ne savez pas où est Caen ? »
Quand le temps et le lieu se mêlent, on n’est pas loin de tomber dans un Trou noir.

Jean-Christophe PELLAT
Jean-Christophe Pellat est professeur émérite de linguistique française à l’Université de Strasbourg, où il a enseigné en Licence, Master et dans les préparations au CAPES et aux agrégations de Lettres. Spécialiste de grammaire et orthographe françaises (histoire, description, didactique), il est co-auteur d’un ouvrage universitaire de référence, Grammaire méthodique du français (PUF, dernière éd. 2016) et de diverses grammaires scolaires. Dans ses travaux sur la didactique de la grammaire en FLE et FLM, il s’attache à l’adaptation des notions aux différents publics concernés.