Pour l'amour
de la langue française

Les « Rectifications de l’orthographe » de 1990

| 11 octobre 2019 | par Jean-Christophe PELLAT

Pour faire suite à notre chronique traitant des questions de règle, tolérance et norme, faisons un point aujourd’hui sur les « Rectifications de l’orthographe » de 1990.

Le « Journal officiel de la République française » a publié, le 6 décembre 1990, « Les rectifications de l’orthographe », relatives à une certaine harmonisation de quelques règles de l’orthographe française. « Présentées par le Conseil supérieur de la langue française, ces rectifications ont reçu un avis favorable de l’Académie française à l’unanimité, ainsi que l’accord du Conseil de la langue française du Québec et celui du Conseil de la langue de la Communauté française de Belgique. Ces rectifications sont modérées dans leur teneur et dans leur étendue. » (p. 8) Elles proposent certaines simplifications : suppression de l’accent circonflexe sur « i » et « u » (sauf formes verbales et homophones comme « mûr, jeûne »), alignement des verbes en « -eler » et « -eter » sur le modèle de « peler » et « acheter » (sauf « jeter » et « appeler »), régularisations des mots composés, ... Elles constituent un changement de la norme officielle. En Belgique, elles sont obligatoires ; en France, l’usager est libre de les appliquer ou de suivre l’ancienne orthographe. Les rectifications ont été préconisées dans l’enseignement à l’école et au collège par les programmes officiels de 2007 (école seule), 2008 et 2015, mais oubliées par ceux de 2018. Pour des informations complètes, on peut télécharger le document officiel :

Jean-Christophe PELLAT
Jean-Christophe Pellat est professeur émérite de linguistique française à l’Université de Strasbourg, où il a enseigné en Licence, Master et dans les préparations au CAPES et aux agrégations de Lettres. Spécialiste de grammaire et orthographe françaises (histoire, description, didactique), il est co-auteur d’un ouvrage universitaire de référence, Grammaire méthodique du français (PUF, dernière éd. 2016) et de diverses grammaires scolaires. Dans ses travaux sur la didactique de la grammaire en FLE et FLM, il s’attache à l’adaptation des notions aux différents publics concernés.